Recommandations générales pour lecteurs réseau

Posté par dematetcd le 10 février 2013

Réseau

  • Tous les appareils sur le même réseau (NAS, lecteur, PC, MAC,…).Switch 100 Megabit et non Gigabit pour interconnecter Serveur Multimédia et lecteur réseau. Voir cet article.
  • CPL déconseillé à  proximité des appareils hifi.
  • Deux bornes Apple permettent de connecter les appareils du réseau courant aux appareils destinés à la HIFI en général pas situés dans la même pièce. Voir cet article.
  • Avec un seul PC ou MAC (qui sert de serveur multimédia) connecté au lecteur réseau par câble ethernet, le « partage de sa connexion WIFI vers sa connexion ethernet » permet de rendre le même service que les deux bornes Apple.

NAS

  • Synology définitivement recommandé, simplement à cause de la qualité et des fonctionnalités de son serveur multimédia et sa simplicité de mise en oeuvre.
  • Un PC peut aussi jouer ce rôle (connecté en ethernet au lecteur réseau, en wifi au réseau général, avec connexion wifi partagée vers connexion ethernet).
  • Un Mac peut aussi jouer ce rôle (connecté en ethernet au lecteur réseau, en wifi au réseau général, avec connexion wifi partagée vers connexion ethernet).

Stockage

  • Disque dur d’un NAS (2 ou 3 Go To meilleur rapport qualité prix actuel).
  • Disque dur interne ou externe d’un PC ou d’un Mac.

Serveur Multimédia

  • Celui de Synology sur un NAS Synology.
  • Jriver sur un PC, en autonome, ou en pilote du serveur multimédia Synology pour la meilleure ergonomie de pilotage possible (avec Jremote sur iPad pour contrôler Jriver).
  • Dans cette dernière configuration, c’est le serveur multimédia du Synology qui envoie effectivement les fichiers au lecteur. Il n’y a pas d’allers-retour des fichiers NAS-PC. Cela permet de ne pas nécessairement avoir le PC-Jriver à proximité du lecteur (sauf naturellement si le PC-Jriver est directement le serveur multimédia du lecteur).
  • Foobar sur PC, dont l’interface est un peu frustre, mais qui est le seul à pouvoir indexer et servir des images ISO SACD, et les transcoder en PCM à la volée. Minimserver sait aussi servir des pistes DSD, mais je ne le retiens pas pour les raisons ci-dessous).
  • Twonky et Minimserver non recommandés (pas de tag « compositeur » sur Twonky,  pas d’indexation automatique et pas de fonction de recherche sur Minimserver).
  • Sur Mac, il n’existe pas de solution native satisfaisante.

Pilotage

Les lecteurs réseau sont fournis avec leur propre application. Ce n’est pas nécessairement la meilleure.
Les lecteurs réseau respectent par ailleurs plus ou moins bien la norme de communication UPNP DLNA.Depuis un iPad/iPhone:
  • Kinsky a l’avantage d’être gratuit et robuste.
  • Songbook lite est l’application de contrôle directe d’un serveur multimédia et d’un lecteur réseau sur iPad qui présente la meilleure ergonomie.

Ce qui existe de mieux aujourd’hui et qui atteint le niveau de iTunes et le dépasse même en terme d’ergonomie, avec uen fonction de recherche globale, y compris sur le nom des pistes, est la configuration suivante:

  • Jriver sur PC en tant que serveur multimédia ou en tant que pilote du serveur multimédia Synology.
  • Jremote sur iPad. 
Voici des images de ma propre installation dans lesquelles vous pourrez voir la qualité de cette configuration.
image-copie-4-300x225 NASimage-copie-5-300x225 ordinateur
image2-300x225 PCimage-copie-7-300x225 réseauimage1-300x225 SACDimage-copie-8-300x225

 Pistes DSD et images ISO SACD

  • Si le lecteur réseau ne décode pas le DSD, la conversion en PCM est obligatoire.
  • Foobar avec le plugin SACD permet d’effectuer ces conversions (de pistes DSD et d’images ISO SACD).
  • Si le lecteur réseau est capable de décoder les pistes DSD, Lumin a développé une version modifiée du plugin SACD de Foobar qui permet, en plus des conversions standards, d’obtenir des pistes de format DoP (DSD Over PCM). Il s’agit de pistes de format PCM (Flac, Wave ou AIF) ce qui permet de les tagguer et de les faire indexer par un serveur multimédia standard. Les fichier DSD est inclus dans le fichier DoP et est reconnu par un décodeur DSD. Si le fichier DoP est décodé par un lecteur PCM, seul un bruit blanc est généré.

Publié dans Conseils rapides, Les lecteurs réseau, Mac, PC | 8 Commentaires »

le jitter logiciel

Posté par dematetcd le 24 novembre 2012

Dans le numéro de ce mois (Novembre 2012) de Stéréo Prestige, Musiq met le doigt sur une question, qui, à ma connaissance, n’a jamais été abordée nulle part: le jitter logiciel.

Cette forme de jitter concerne le décodage des pistes (transformation d’un fichier en flux audio) par logiciel au sein d’un Mac ou d’un PC.

Dans une platine CD, cette opération est menée à bien par un asservissement Électro-Mécanique de la lecture du CD. Cette technologie est très mature, et le flux audio en sortie d’un lecteur CD (vers son DAC interne ou un DAC externe) est très rigoureusement fabriqué.

Par la, ou plutôt, les façons dont fonctionnent les différents système d’exploitation (Windows, OSX, Linux), et les modes de développement des logiciels de décodage, il y a création d’un jitter, y compris de manière aléatoire, lors de la création d’un flux audio par logiciel à partir des pistes.

Ceci est sans doute l’une des raisons de la systématique infériorité d’un « drive Mac/PC » par rapport à un drive CD, toutes choses étant égales par ailleurs.

Cela explique sans doute, enfin!, les différences audibles constatées (contre tout logique) entre le décodage de fichiers WAVE, FLAC, AIF ou ALAC, qui théoriquement produisent strictement le même flux audio au décodage.

Il est possible (mais non encore annoncé par les concepteurs, ni démontré, ni écouté) que la programmation d’un logiciel de décodage dans la puce dédiée d’un lecteur réseau soit en mesure d’éviter totalement ce phénomène de jitter logiciel.

Toujours est-il qu’il semble que le décodage des pistes au sein d’un ordinateur soit a priori voué à se voir détérioré par la façon même dont les processeurs généralistes, les systèmes d’exploitation et les logiciels fonctionnent. A moins, peut-être, d’être en mesure de programmer de tels logiciels au plus près de l’architecture logique et physique des processeurs et en bypassant certaines couches logicielles ou d’abstraction des systèmes d’exploitation.

Merci à Musiq pour sa perspicacité, son article et pour corriger les éventuelles erreurs que j’aurais commises dans ce post.

Publié dans Editoriaux, Le Jitter, Kesako?, Les lecteurs réseau, Mac, PC, Serveurs de musique | 5 Commentaires »

A base de Mac et de PC

Posté par dematetcd le 20 octobre 2012

Architecture générale

Comment faire avec un Mac ou un PC? Quelques conseils et configurations types.

Dans les deux cas:

  • Un Mac ou un PC
  • Un « lecteur logiciel » sur l’ordinateur
  • Un DAC (autonome ou celui accessible de votre platine CD ou SACD)
  • Un câble entre l’ordinateur et le DAC
  • Une interface numérique, ou pas, entre l’ordinateur et le DAC, et donc dans ce cas, un jeu de 2 câbles, l’un entre l’ordinateur et l’interface, et un autre entre l’interface et le DAC

Suivant les caractéristiques de chacun des éléments ci-dessus, la qualité finale pourra être différente, le système plus ou moins complexe à régler, et le coût aussi sera naturellement différent!

 

Mac-Fibre Optique-DAC

A base de Mac et de PC dans Exemples de systèmes macmini-300x171toslink-mini-toslink 24/192 dans Les Câblesdac-300x151 24/96 dans Les DACs

C’est la solution la plus simple, y compris pour écouter de la musique Haute Définition.

Pour cela, il faut:
  • Une sortie numérique optique sur votre Mac (présente sur la très grande majorité des Mac, et sur tous les modèles en cours).
  • Un DAC ayant une entrée optique (Toslink)
  • Un câble optique Mini-Toslink/Toslink
  • Un lecteur sur le Mac (iTunes, Audivarna, Amarra, Pure Music,…)

Pour

  • Simplicité
  • Coût
  • Fibre optique pouvant être « longue » (plusieurs mètres) sans un coût « démoniaque »
  • Découplage électrique complet entre Mac et DAC
Contre
  • Limitation « officielle » de Toslink à 24/96
  • Transfert synchrone et Jitter incontrôlable en provenance du Mac (sauf si le DAC régénère un signal d’horloge sur ses entrées numériques, fonctionnalité qui n’est en général disponible que sur les DAC Haut de Gamme)

 

Mac/PC-USB-DAC

macmini-300x171 Coaxial dans Macusb-300x293 DAC dans PCdac-300x151 Fibre Optique

 

pc-300x236 gigueusb-300x293 horlogedac-300x151 Mac

Une solution aussi simple que la précédente, mais plus « sensible » aux câbles…

Pour cela, il faut:

  • Un port USB  sur l’ordinateur (attention aux ports USB3 qui semblent ne pas être compatibles Audio)
  • Un DAC ayant une entrée USB Asynchrone
  • Un câble USB (en général une prise A « plate » d’un côté, et une prise B « carrée » de l’autre) entre l’ordinateur et le DAC
  • Un lecteur logiciel sur l’ordinateur (iTunes, Audirvana, Amarra, Pure Music, Foobar, Jriver,…)
  • Un éventuel pilote du DAC sur votre ordinateur (fourni ou téléchargeable)
Pour
  • Transfert Asynchrone entre ordinateur et DAC
  • Simplicité

Contre

  • Sensibilité à la qualité du câble USB qui est source de jitter (mais pas si l’ordinateur et le DAC supportent l’USB 2 audio)
  • Coût du câble USB pouvant atteindre des sommes élevées pour minimiser le jitter
  • Connecteurs USB « rayonnants » et sources de jitter (pas en USB 2 Audio)

 

Mac/PC-USB-Interface audio numérique-SPDIF-DAC

macmini-300x171 ordinateurusb-300x293 PCevo-300x240 SPDIFspdif Toslinkdac-300x151 transport

 

pc-300x236 USBusb-300x293evo-300x240spdifdac-300x151

Cette configuration provient de deux raisons principales:

  • Pas d’entrée USB sur le DAC, ou bien,
  • Minimisation du jitter entre ordinateur et DAC

 Pour cela, il faut:

  • Un port USB  sur l’ordinateur (attention aux ports USB3 qui semblent ne pas être compatibles Audio)
  • Une interface audio numérique prenant de l’USB en entrée, et du SPDIF (coaxial) en sortie (ou BNC, ou Optique)
  • Un DAC ayant une entrée SPDIF (ou BNC ou Optique)
  • Un câble USB (en général une prise A « plate » d’un côté, et une prise B « carrée » de l’autre) entre l’ordinateur et l’interface audio numérique
  • Un câble SPDIF (ou BNC ou Toslink) entre l’interface audio numérique et le DAC
  • Un lecteur logiciel sur l’ordinateur (iTunes, Audirvana, Amarra, Pure Music, Foobar, Jriver,…)
  • Un éventuel pilote du DAC sur votre ordinateur (fourni ou téléchargeable)

Pour

  • Si l’interface numérique dispose d’une horloge de qualité suffisante, le jitter en provenance de l’ordinateur ET du câble USB est diminué par un « re-clockink » avant envoi du flux audio au DAC (Amélioration de la qualité audio)
  • Connexion entre un ordinateur et un DAC n’ayant pas de port USB
  • Pas besoin d’un câble USB « de compétition »
Contre
  • Jitter entre interface audio numérique et DAC par la connexion SPDIF
  • Coût d’une interface audio numérique ayant une horloge de bonne qualité
  • Coût global (Interface + deux câbles)
  • Sans une bonne horloge au niveau de l’interface, il n’y a pas vraiment d’amélioration par rapport à une fibre optique directe entre Mac et DAC, ou une connexion USB directe entre ordinateur et DAC

Publié dans Exemples de systèmes, Les Câbles, Les DACs, Mac, PC | Pas de Commentaire »

 

Erick Yuber |
Quadrumane Productions |
Le Blog de Cocktail |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RADIO BEAUCHASTEL
| Ralassbirecordz12
| Vocalibre